SR Productions et la Compagnie Titan Bérengère Dautun présentent

Compartiment fumeuses

De Joëlle Fossier

Mise en scène d'Anne Bouvier
Une production SR Productions et la Compagnie Titan Bérengère Dautun

« COMPARTIMENT FUMEUSES » est une pièce dédiée à toutes les femmes qui résistent, s’affranchissent, aspirent à briser leurs chaînes et gagnent leur liberté.

 

"Une pièce salutaire et nécessaire." RegArts

Représentations

Studio Hébertot
78bis Boulevard des Batignolles, 75017 Paris - Plan d'accès

À partir du jeudi 8 février 2018 jusqu'au samedi 14 avril 2018 à 21 H 00

Les Jeudis et vendredis à 21h00

Les Samedis à 19h00


Durée : 1 h 15

Résumé

Une histoire d'amour entre deux femmes dans un univers carcéral où seuls retentissent le bruit des clefs, les pas qui résonnent, le claquement sec d'un œilleton qui retombe.

Extrait

Fragments de presse

Bérengère DAUTUN est vraiment étonnante dans le rôle de cette femme qui se moque de sa condition sociale, parce qu’elle est allée au bout d’elle même, qu’elle s’est en quelque sorte libérée du fardeau de son existence, de la présence en elle de l’enfant silencieuse, violée par son père.
Elle semble découvrir enfin la vie grâce à sa co-­‐détenue rebelle sans retenue, interprétée par Sylvia ROUX avec nature, passionnément. (...) Bérengère DAUTUN et Sylvia ROUX forment un beau couple d’amoureuses, inattendu mais imparable. Le réalisme de la mise en scène d’Anne BOUVIER, les flottements de lumière musicaux, semblent ne s’exercer que pour mettre en valeur l’imaginaire, sa force irradiante, ancrée dans l’idéal, hors normes comme cette belle échappée théâtrale !

Le Monde. Evelyn Tran

Un chant à la liberté ! Le soleil peut jaillir entre les murs des prisons. (..) Sylvia Roux est excellente en jeune femme qui se la joue gros bras mais déjà abimée par la vie. Bérengère Dautun, ancienne pensionnaire puis sociétaire de la Comédie Française (de 1964 à 1997) est, il faut le dire, remarquable de justesse et d’efficacité.

L'Humanité. Gérald Rossi

Compartiment fumeuses enchante et envoûte. La grâce étonnamment juvénile de Bérengère Dautun, la troublante présence de Sylvia Roux, et la douce musique composée par Stéphane Corbin, nous entraînent sur un grand huit émotionnel qui nous touche au cœur.

Médiapart.

Le Studio Hébertot affiche clairement sa volonté d’ouvrir ses portes aux singularités, pour mieux faire sauter les barreaux de tous les cloisonnements, matériels, spirituels, imaginaires. Dans cette pièce, la scène est par définition cellule, il y règne une atmosphère nécessairement pesante… Néanmoins, grâce à la mise en scène avisée d’Anne Bouvier, qui sait insuffler de la légèreté, tout à coup le sordide s’efface et laisse sa place à la beauté de l’espoir. Lumières, sons, musique et décor apportent harmonieusement l’oxygène indispensable.

Ce texte fort navigue habilement entre réalité et poésie, et il est magistralement servi par un magnifique trio de comédiennes hors pair, aussi touchantes et sensibles que puissantes et poignantes. Bérengère Dautun, aérienne, à fleur de peau, allie l’élégance de sa grâce naturelle à sa technique impeccable de prestigieuse ambassadrice de la Comédie-Française. Sylvia Roux, intense et vraie, provocante et surprenante, prouve qu’elle s’incarne toujours, et peut tout jouer : elle traverse les rôles, se les approprie. Nous avons pu constater qu’elle est aussi crédible en Suzanne, bagnarde rugueuse, qu’en délicieuse, intellectuelle et raffinée Lou Andreas-Salomé… Puisque, et ne le manquez surtout pas, le tandem gagnant Dautun-Roux est également à l’affiche dans Cantate pour Lou Von Salomé. Quant à Nathalie Mann, elle est fascinante, impressionnante dans son uniforme d’exécrable matonne, elle intrigue par sa simple présence. (...).

En fin de compte ce compartiment-là est un très beau moment de théâtre dans les règles de l’art, comme nous l’aimons, qui nous touche profondément, et que nous ne sommes pas près d’oublier !

— Luana Kim, Reg'Arts.

Sylvia Roux, en Marlon Brando au féminin, les pieds bien ancrés dans le plateau, fait de son personnage une captive au cœur tendre. A ce jeu, c’est toutefois sans nul doute Bérengère Dautun qui triomphe, elle promène sa grâce intemporelle et diaphane de trésor vivant du théâtre. Dautun is the new black !

Fauteuil d'orchestre..

Mise en scène éblouissante de la talentueuse et craquante Anne Bouvier.

Sorties à Paris.

Un spectacle passionnant, prenant, dont les images et les répliques restent et résonnent, magistralement joué par trois comédiennes belles et touchantes.

Spectatif.

L’excellente Sylvia Roux et la magnétique Bérengère Dautun partagent un rêve éveillé de beauté, de liberté et de poésie.

A bride abattue.

Une vraie réussite ! Courez voir cette magnifique histoire de femmes, cette histoire de résurrection, cette belle histoire d’amour

De la cour au jardin.

Portée par des actrices charismatiques, d’un enjeu purement carcéral, la pièce s’élève au niveau des souffrances de l’humanité et de la dureté de la condition humaine. Sociétaire de la Comédie-Française de 1972 à 1997, Bérengère Dautun ajoute une nouvelle pierre à l’édifice de sa majestueuse carrière théâtrale. Face à elle, Sylvia Roux insuffle une sensibilité à fleur de peau pour un personnage qui se dévoile peu à peu plus fragile qu’il n’y parait. 

PublicArt.

Coup de chapeau pour le texte de Joëlle Fossier : fin, actuel, drôle, cruel et tendre à la fois. Une pépite ! La musique de Stéphane Corbin et les lumières de Denis Koransky viennent magnifier le tout. Un très beau travail à découvrir d’urgence !

Paris Tribu.

Avec une mise en scène épurée, Compartiment fumeuses est une œuvre touchante, un cri d’amour universel.

JustFocus.

Ce huis clos à la fois réaliste et pudique écrit par Joëlle Fossier et mis en scène par Anne Bouvier avec beaucoup de sobriété est interprété avec autant d’âpreté que d’humour par Bérengère Dautun et Sylvia Roux. Beau moment d’humanité et d’espoir dans un monde pénitentiaire brutal et sans avenir.

Coup de théâtre.

Portée par la mise en scène toute en délicatesse d’Anne Bouvier et le jeu sensible et fin de trois comédiennes, la pièce de Joëlle Fossier est une ode à la différence et la tolérance qui interroge ingénieusement nos consciences. Un joli moment hors du temps, hors du monde. (...) Flamboyante, Sylvia Roux se glisse avec naturel dans la peau de cette prolétaire rugueuse au premier abord mais qui rapidement laisse transparaitre son humanité et son grand cœur. De sa force vive, vibrante, elle donne le tempo, la rythmique à l’ensemble. Enfin, la gracile Bérengère Dautun est cette femme au bord du précipice que la vie a marqué au fer rouge. Intense, désarmante, elle donne à chaque mot une puissance surprenante, une émotion rare.

L'oeil d'Olivier.

 

 

 

Équipe artistique

Distribution : Bérengère Dautun - Sylvia Roux - Nathalie Mann

Assistance à la mise en scène : Pierre Hélie

Partager